LES ESCRIMES JAPONAISES

Arts Millénaires
issus des Combats
de Samouraïs…

Le Iaïdo en Photos

Le iaïdo est issu de la tradition japonaise depuis la nuit des temps.

Plus courbée que celle du sabre japonais, et possède comme lui un seul tranchant. Il est  montée sur une hampe qui pouvait atteindre deux mètres de long.

Le maniement de cette arme est le Naginata jutsu et plus communément le Naginata.

Dans sa forme la plus moderne, le Naginata est une escrime dont l’arme d’une longueur d’environ 210 cm, est constituée d’une lame flexible en bambou et d’une hampe en chêne.

Les combattants sont protégés par une armure et les coups sont portés réellement mais sans danger.

Cette discipline sportive reste un Budo et comprend d’autres pratiques moins sportives. Il existe des compétitions au niveau régional, national, européen et mondial.

Le Naginata ressemble à une sorte de hallebarde dont la lame possède un seul tranchant.

Au Japon, c’est lors la fin de la période Nara (8ème siècle) que l’on fait mention de l’usage du Naginata par des moines guerriers. L’histoire de ce pays est faite de nombreuses périodes de chaos et de guerres. Sur les champs de bataille le Naginata présentait l’avantage de pouvoir se tenir à distance de ses adversaires à pied, mais aussi de la charge des cavaliers. Les anciens kanjis désignant cette arme se traduisaient par « long sabre ».

Au 16ème siècle avec l’arrivée des Portugais, les armes à feux font leur apparition, rendant caduque l’utilisation offensive des Naginatas.

Ils continueront cependant à être utilisées comme arme de défense

La particularité du Naginata est la place des femmes dans toute son histoire. Plusieurs sont restées célèbres comme guerrières, Tomoe Gozen et Hangaku Gozen au 13ème siècle ou Nakano Takeko au 19ème siècle. A partir du 17ème siècle, le Naginata est perçue comme une arme de femme et sert notamment à la défense de la demeure ou du domaine familial. Plus tard, après la deuxième guerre mondiale ce sont encore des femmes qui vont codifier le Naginata dans une forme plus moderne, davantage tournée vers le sport et nommée Naginata atarashi. Tokunaga Sensei participa à cette transition et à la création de le Fédération Japonaises de Naginata en 1955.

C’est en 1973 que le Naginata fait son apparition en France, premier pays qui pratique et développe le Naginata en Europe. Après un mois d’initiation au Japon, Madame Simone CHARTON Sensei fut une pionnière en revenant en France avec la ferme volonté de faire partager cette nouvelle discipline du Budo en France et en Europe.

A partir de cette date, elle commence à enseigner le Naginata dans un club de Kendo qui lui ouvre ses portes.

Elle crée le 1er club de Naginata en 1981.

Plus de 450 Clubs en France.

Tous nos clubs sont affiliés à la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées. Nos enseignants sont tous titulaires d’un diplôme fédéral reconnu par le Ministère des Sports.

© 2021 / Comité National de Kendo et Disciplines Rattachées - Tous droits réservés

Le Comité National de Kendo et Disciplines Rattachées (CNKDR) est un organe interne de la Fédération Française de Judo, Jujitsu, Kendo et Disciplines Associées (FFJDA)

auquel est confié la gestion du Kendo et des disciplines qui lui sont rattachées et qui sont : le Iaïdo, le Sport Chanbara, le Naginata, le Jodo et le Bô-Jitsu.

Le CNKDR a pour mission de gérer les activités techniques, sportives et administratives des disciplines ci-dessus indiquées, pratiquées par les associations affiliées à la FFJDA.

EKF

Le CNKDR est membre de la Fédération Européenne de Kendo - EKF

Le CNKDR est membre de la Fédération Internationale de Kendo - FIK

Le CNKDR est membre de la Fédération Européenne de Naginata - ENF

FFJDA • 21-25, Av. de la Porte de Châtillon – 75680 PARIS CEDEX 14

Tél. : 01.40.52.16.81 - Fax : 01.40.52.16.80

kendo@ffjudo.com

© 2021 / Comité National de Kendo et Disciplines Rattachées - Tous droits réservés